Prince Harry & Meghan Markle, Orchestrated “Ode à la diversité”

le 19 mai 2018, trois millards de téléspectateurs suivaient en direct le mariage du Prince Harry et de Meghan Markle, respectivement Duc et Duchesse de Sussex. 

meghan harry

Si la célébration d’un mariage princier fait rêver des millions de jeunes filles, c’est surtout à une leçon de communication formidablement orchestrée que nous avons pu assister à l’occasion de l’union de Meghan et Harry.

Qui a dit que la monarchie était conservatrice ? 

Couramment appelé Prince Harry, le Duc de Sussex Henry Charles Albert David a épousé l’actrice Meghan Markle en la chapelle Saint-Georges du Chateau de Windsor le samedi 19 mai 2018.

Bien que le déroulé de la cérémonie se soit fait dans le respect du protocole, qui n’a pas remarqué les petites touches ajoutées ? Entres autres ce groupe de gospel chantant “Stand by me”, le sermon enflammé du révérend Curry, les sublimes notes jouées par Sheku Kanneh-Masson, ou encore l’intervention d’un prêtre copte orthodoxe ?

Pour autant, il ne s’agissait pas pour le 6e prétendant au trône d’Angleterre de rivaliser avec son frère, mais plutôt d’en être complémentaire. Alors même qu’en son temps le Prince William défrayait la chronique en épousant une femme non issue de la noblesse anglaise, le Duc de Cambridge et son épouse font aujourd’hui preuve d’une présentation irréprochable tout en étant garants de la tradition monarchique au Royaume Uni. De son côté, le couple Meghan-Harry représente ainsi l’aile moderne et novatrice de la famille,  mais surtout, symbolise une ouverture sur le monde ; la famille royale ayant longtemps souffert d’une image rétrograde et de fermeture.

Le 21ème siècle est multiculturel

En même temps, on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi se réjouit-on vraiment. N’est ce pas là la preuve que nos sociétés sont beaucoup plus fermées qu’elles n’en paraissent ? Partout l’on a rappelé les origines de Meghan Markle, comme s’il s’agissait de quelque chose d’assez important (grave ?) pour en parler.

Alors bravo au Royaume d’en avoir fait un atout plutôt qu’un problème. Où plutôt, bravo aux agences de communications qui représentent les intérêts de la royauté, qui ont surtout bien compris les enjeux de notre siècle : une célébration enrobée des valeurs de rapprochement, de multiculturalisme, de renouveau et de modernisme. Espérons que cela ne reste pas à la marge. Que cela permette une réelle avancée, au quotidien pour des milliers de personnes qui continuent de vivre une discrimination qui ne dit pas son nom, à qualités équivalentes. Souhaitons que l’on parvienne à une société plus juste avec une baisse (voire la fin) des discriminations à l’embauche, une meilleure visibilité de la mosaïque de talents qui compose nos pays, une représentation plus réaliste dans les films, les séries ou sur les journaux télévisés ou encore à la tête de grands groupes économiques ou institutions publiques.

En avance sur son temps

Alors oui, la famille royale a (finement) frappé. Elle a levé le voile – sans le dire – sur des sujets encore tabou, et pour lesquels de nombreuses associations se battent partout dans le monde.

Quel plus beau message en ces temps de repli sur soi, de montée des extrémismes, de regain des nationalismes partout dans le monde ?