22 of May – Commemorations

C’est en 1993 qu’a été créée la Journée internationale de la biodiversité (World Biodiversity Day) et en l’an 2000 que l’Organisation des Nations Unies a fixé la date du 22 mai. L’objectif était de sensibiliser et d’accroître la compréhension du grand public aux sujets relatifs à la conservation de la diversité biologique et de permettre un partage plus équitable et juste de ses ressources. Initialement, la date prévue à cet effet était le 29 décembre, cependant plusieurs pays se sont entendus pour déplacer la date.

 

En Martinique, on fête la Journée internationale de la biodiversité, mais surtout l’abolition de l’esclavage.

Et cette année marque son 170ème anniversaire.

 

Retour sur un moment décisif de l’histoire de France

27 avril 1848. Le décret pour l’abolition de l’esclavage est pris à Paris par Victor Schœlcher mais prend du temps à arriver dans les colonies en raison du délai de mise en œuvre de deux mois.

Au même moment en Martinique, la rumeur d’un décret abolitionniste se répand. La population est en ébullition.

Mais, si les 17ème et 18ème siècles ont été marqués par des courants abolitionnistes, l’on reste néanmoins prudent en ce mois de mai 1848.

La blessure de 1802 est toujours présente. Alors même que l’esclavage est aboli une première fois en 1794, Napoléon Bonaparte décide, par une loi du 20 mai 1802, d’en rétablir son usage.

La révolte de Saint Pierre en Martinique

22 mai 1848. C’est au sein d’une habitation qu’est arrêté, sur ordre du maire de Saint Pierre, un esclave pour avoir joué du tambour. La sanction qui lui est infligé apparaît disproprtionnée aux yeux des autres esclaves. Ils décident alors de manifester leur grogne devant la prison et, armés de leur coutelas, réclament sa libération. Plusieurs esclaves seront tués ce jour-là, mais la foule ne décolère pas.

Dans la nuit du 22 au 23 mai, la révolte se propage dans toute la Martinique. Pour faire face à ces mouvements, son gouverneur décrétera alors l’abolition de l’esclavage.

22 mai 1848, une date clé de l’histoire de la Martinique

A la suite de ces événements, le gouverneur de la Guadeloupe ordonne à son tour l’abolition de l’esclavage, lui aussi avant l’arrivée du décret officiel de métropole.

Officiellement, l’abolition de l’esclavage est commémoré le 10 mai en France continentale, mais n’est pas un jour férié.

Suite à une loi de 1983 en réponse aux revendications locales, chacun des départements d’Outre mer a pu obtenir un jour férié fonction des événements propres à leur histoire.  C’est pourquoi la commémoration a lieu chaque année le 22 mai en Martinique. En Guadeloupe, la date a été fixée au 27 mai.

Le droit à la dignité humaine encore bafoué

En 2017, suite à un reportage diffusé par CNN, le monde s’offusquait de voir que des hommes étaient vendus en tant qu’esclaves en Libye. Et pourtant ces scènes dramatiques ne sont pas isolées.

La commémoration de l’esclavage n’a pas vocation à être limitée aux seuls événements de notre histoire. Au contraire, elle a pour objectif de se rappeler les erreurs du passé, mais aussi de sensibiliser et armer les Hommes contre ces abominations. Il ne suffit pas simplement de s’en émouvoir, mais à la société civile de pousser nos institutions publiques à prendre des mesures concrètes et toujours plus fortes contre ce fléau.

La Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage est chaque année commémorée le 2 décembre, date d’anniversaire de l’adoption par l’Assemblée Générale des Nations Unies, de la Convention pour la répression et l’abolition de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui en 1949.